La Popote roulante St-Joseph d’hier à aujourd’hui



Par Solange Savard, responsable des opérations et communications à la Popote roulante St-Joseph

En septembre 1981, après avoir livré pendant trois ans des repas préparés par le centre hospitalier du quartier, madame Béatrice Valade et monsieur Georges-Émile Boudreault, curé de la paroisse de St-Laurent, fondent la Popote roulante St-Joseph.

Suite à l’obtention d’une subvention gouvernementale et l’aide de plusieurs bénévoles, madame Valade voit à la transformation d’une petite pièce attenante au presbytère en une cuisine communautaire. Depuis, celle-ci n’a cessé d’être utilisée pour préparer les repas chauds qui sont servis aux bénéficiaires deux fois la semaine.

Notre chère Béatrice ne peut tout faire seule; dès le départ, elle fait appel à des paroissiens dévoués et elle recrute parmi ses parents et ami(e)s. Elle est aussi convaincante que convaincue. Originaire de Pointe St-Charles, elle y a fréquenté le couvent et y a fait la connaissance de Lucette Trudeau; elles deviennent des amies… pour la vie. Toutes les deux se marient à cinq jours d’intervalle et suivent leur mari à St-Laurent. L’une à côté de l’autre, elles élèvent leurs enfants et leurs filles vont à la même école primaire. Quand Béatrice démarre la popote roulante, elle fait appel à Lucette. Selon les besoins du moment, elles seront cuisinières, chauffeuses, baladeuses ou encore acheteuses. Pendant 10 ans, Béatrice guidera la popote avec rigueur et dévouement. Quand elle devient marguillière à la paroisse, elle passe le flambeau à Lucette qui à son tour assure la présidence pendant les 15 années suivantes tout en continuant son implication directe auprès de la clientèle. Maman quittera la popote en juin 2004 après 25 années de dévouement.

Au fil des ans, plusieurs femmes et hommes se sont succédé à titre de bénévoles à la popote roulante. Plusieurs sont restés fidèles au poste pendant de nombreuses années. Et petit à petit la relève a dû se mettre en route. À l’hiver 2007, j’apprends que l’acheteuse est seule pour accomplir cette lourde tâche qui est le pivot central de cette cuisine populaire. J’accepte de compléter le duo des achats et je commence à cuisiner.

Au printemps 2014, plusieurs bénévoles prennent une retraite bien méritée. La popote roulante devient à risque et il faut recruter. Alors, tout comme Béatrice l’a fait 30 ans plus tôt, les bénévoles demeurant en poste sollicitent parents et ami(e)s. Je convaincs donc ma sœur de se joindre à nous. À la suite de notre rencontre avec Béatrice, sa fille Jocelyne a décidé de revenir à la popote, bénévolat qu’elle a déjà exercé avec sa maman.

Et voilà comment les deux filles de Lucette et l’une des filles de Béatrice se retrouvent à la popote roulante St-Joseph bien entourées par les anciens et nouveaux bénévoles qui forment l’équipe extraordinaire actuellement en action à St-Laurent.

Légende : Les deux filles de Lucette, Solange et Johanne, en compagnie de Béatrice lors d’une rencontre le 12 novembre 2014.